Blog

19 août 2019

Alimentation saine N°1

J’entame avec celui-ci une série d’articles pour essayer de te donner mon point de vue sur ce que je considère comme une alimentation saine. L’alimentation est un des aspects de la vie. Tendre vers une vie plus douce, plus sereine, plus saine doit prendre en considération cette facette qu’est la nourriture, facette qui bien souvent peut nous prendre plusieurs heures par jour surtout si je compte le fait de faire les achats jusqu’à la fin du repas. De plus, la nourriture que nous absorbons et que nous digérons plus ou moins bien constitue les briques de notre être. Alors même si tu es jeune et que quoi tu manges et boives n’a pas d’incidences sur ton organisme pour le moment ou que tu sois plus âgé et qu’à l’inverse le moindre écart te fatigue pendant de longues heures (pourtant quand t’étais jeune tu pouvais manger de tout et n’importe quoi et avoir une énergie du tonnerre), cette série de lecture peut te donner quelques pistes à suivre pour être dans un mieux vivre.

Dans l’exercice d’accompagnement à l’alimentation cétogène, je me suis aperçu que certaines personnes n’avaient pas de notion de ce qu’est une alimentation saine et par ricochet une vie saine. Cela est dû à divers facteurs dont la source n’est pas très importante. Si je devais en identifier quelques-uns il y a l’éducation ou le manque d’éducation reçue par les parents, la mauvaise information voire la désinformation véhiculée par les publicités et les grands médias avec l’aval de l’Etat (manipulé par les lobbies ou si peu), la facilité en se contentant d’acheter des plats tous prêts ou en cuisinant des aliments vite préparés (style des pâtes).

Je ne blâme personne, j’observe juste ce qui est et pour tout t’avouer, j’ai pu être moi aussi fainéant en cuisinant des spaghettis, en achetant des pizzas ou autres produits industriels, en buvant du Coca-Cola (jusqu’au jour où au collège nous avons visité une usine de ce produit et que nous avons découvert la quantité de sucre présent dans une bouteille, d’un litre et demi : plus de 25 morceaux!!!).

Par ce billet, je vais faire un point sur ce qu’est, et cela n’engage que moi, une alimentation saine et je ferai une digression vers une vie saine. Et cela vaut pour tout le monde, que tu suives une alimentation cétogène, végétarienne, Seignalet, crudivore, méditerranéenne et consorts.

 

Qu’entends-je par alimentation saine?

Sous ce terme tu peux y mettre plusieurs points clés qui sont importants à prendre en compte lors de l’achat de tes aliments. Certains points peuvent se compléter, l’idéal étant qu’un produit remplisse un maximum de critères que je vais te donner. Avant toute critique de ta part, si si, j’entends ta petite voix qui commence à râler, ce que je dis ici est un idéal, tu vas devoir faire des choix qui vont surtout dépendre du prix et donc de tes capacités financières.

Je débute avec les légumes, produit alimentaire que tout le monde un jour ou l’autre est amené à acheter, enfin je l’espère.  Lorsque tu te rends chez ton primeur, au marché ou ailleurs, que tu prennes un produit bio ou non, il est important de choisir ceux qui sont les plus frais. Beaucoup de légumes et fruits et surtout ceux cultivés en agriculture conventionnelle sont sélectionnés pour durer longtemps sur les étals d’un commerce. Ce qu’il faut savoir, c’est qu’à partir du moment où l’agriculteur coupe, cueille, ramasse sa production, celle-ci commence à s’abîmer, à perdre de sa saveur et surtout en moins de douze heures les la plus grande majorité des minéraux, vitamines et autres éléments qui devraient te nourrir vont se dégrader et à l’inverse vont devenir des molécules que ton organisme va devoir éliminer car non digestes! Bio ou pas bio. Il est toujours préférable, quelque soit le légume ou le fruit de le cueillir, ramasser quand il a atteint sa pleine maturité et de le consommer le plus rapidement possible (ce qui est tout à fait possible si tu as la possibilité de faire un potager).

J’en viens naturellement au fait de manger local ou non. Je te laisse réfléchir rapidement et en tirer tes conclusions par rapport à ce que tu viens de lire. Tu comprendras que ces produits qui arrivent ici en ayant pris l’avion (pour rappel j’écris depuis les Antilles) n’ont de frais que la température à laquelle ils sont conservés!

Ici il n’est pas du tout question d’argent pour toi consommateur. Quand tu vis dans un pays, tu adoptes ces traditions et surtout les produits alimentaires locaux. Continuer à manger en Guadeloupe et en général dans les DOM comme un français du continent est complétement aberrant pour l’environnement et pour ton portefeuille. Un produit végétal ou animal qui pousse ou grandit dans un territoire donné acquiert certaines caractéristiques propres à ce terroir qui vont pouvoir te donner ce dont tu as besoin si tu vis sur ce même milieu. Nutritionnellement parlant, tu n’as pas besoin de manger des pommes…

Maintenant le choix va surtout être une question d’existence (encore une fois aux Antilles nous avons très peu de producteurs locaux en bio ou production naturelle) et quand le produit est disponible, de prix. Et oui, malheureusement la politique agricole française valorise par ses subventions les agriculteurs dits en conventionnels plutôt que ceux faisant l’effort de produire en bio. Je me répète, mais si tu as la chance de pouvoir faire un potager et qu’évidemment tu n’y mets pas de produits chimiques, tu pourras manger frais et sain!!!

Avec ces deux critères (fraîcheur, bio ou non), à une époque j’ai été amené à me poser la question suivante : vaut-il mieux par exemple pour une tomate, l’acheter localement et donc potentiellement fraîchement récoltée mais traitée chimiquement ou bio venue de métropole, Espagne ou je ne sais quel autre pays? Une fois de plus la réponse n’engage que moi, je vais opter pour la production locale en essayant de faire passer un message au producteur comme quoi le bio (local) c’est mieux et possible. Le fait d’acheter des légumes bio venus de lointains pays alors qu’ils poussent bien ici n’est pas logique. Pour moi ce produit n’a plus rien d’éthique et en plus est hors de prix et je te rappelle que la majeure partie de ces nutriments aura disparue.

Recommandations à ne pas suivre!!!

Comme je parle quand même principalement de cétogène, tu m’excuseras si je fais l’impasse sur les céréales et une grande part des légumineuses qui sont à bannir pour cette alimentation.

Nous avons vu la provenance, depuis quand est présent le produit sur l’étal, je vais juste faire une parenthèse sur l’emballage. Comme tu le sais et d’autant plus si tu fais attention à l’environnement, les écologistes font une chasse acharnée aux emballages, sur-emballages et autres aberrations. Juste pour l’anecdote car aujourd’hui elle me fait amèrement sourire, depuis plusieurs mois maintenant, une enseigne bio s’est ouverte avec 99,5% de produits venant de partout ailleurs et les quelques 0,5% restant sont pour quelques légumes produits localement en bio. Enseigne bio, produit bio, dans quoi l’agriculteur empaquette ces produits? Dans du bon gros et épais sachet plastique!!! Une aberration de plus qui m’a obligé à le faire remarquer à la direction du magasin. Ceux-ci m’ont répondu qu’ils allaient faire le nécessaire, il est à noter que six mois après rien à changer. Je n’achète donc pas les produits de cette personne. En tant que consommateur, il est primordial de faire entendre sa voix, pas nécessairement pour râler dès que l’occasion s’en présente, mais juste pour exprimer ce que l’on souhaite. Et si notre interlocuteur est intelligent et que tu n’es pas la seul à faire cette demande, il aura peut-être le courage de modifier sa façon d’agir. Cela ne sert à rien de fustiger ni de rentrer dans le lard, un peu de diplomatie est toujours appréciée.

 

Pour résumer

Choisir un produit fraîchement récolté, cultivé dans des conditions les moins chimiques possibles et ayant parcouru le moins de kilomètres possibles aussi. Il est communément admis de dire que nous devrions consommer des produits provenant de 60 km à la ronde. Si tu regardes dans tes placards, je pense qu’il n’y a pas beaucoup de produits dans ce cas de figure. Ah oui, et avec le minimum d’emballage!!!

Pour cette notion d’emballage, essaie de réfléchir au cycle d’un sachet plastique…

 

Petit plus à réduire;)

J’ai écrit en entrée d’article que j’aborderai le plan de la vie saine. Ici je vais juste écrire un petit mot sur les ondes car c’est ce qui me vient à l’esprit (pas les ondes en elles-même, quoique si quand même car elles sont partout, c’est juste que je pensais aux ondes et du coup je veux en parler, enfin bon!!!

Lors de mon dernier séjour en métropole et plus particulièrement à l’aéroport lors du vol retour, j’ai découvert les écouteurs sans fils nouvel génération, tu sais, c’est comme un écouteur normal mais il n’y a plus de fil, l’antenne est directement dans ton oreille j’imagine.. Alors au début j’ai pas compris. Je vois un jeune avec un écouteur à l’oreille mais sans le fil. Je me dis « tiens, une nouvelle mode, »puis je vois d’autres personnes avec les deux écouteurs cette fois-ci, puis des gens de 40/50 ans avec ça. Bon, je suis naïf et long à la détente mais là j’ai compris de quoi il en retournai et je me suis dit « putain ça y est, ils l’ont fait. » Le récepteur d’onde est tellement miniaturisé qu’il peut (presque rentrer dans ton oreille. A quand une antenne dans le fion pour savoir si tu ch… comme il faut?!! Ce que je veux dire c’est que nous avons d’une manière perpétuelle les ondes de téléphones 3G, 4G et bientôt la dangereuse 5G, les ondes wifi à la maison, au bureau, puis maintenant (même si c’est pas nouveau, je suis pas si long à la détente que ça), tout un tas d’appareil bluetooth : un pour le téléphone avec l’oreillette, le téléphone connecté à la voiture et du coup maintenant tout un tas personnes qui vont écouter leur musique toute la journée gr^ce à de belles ondes présentes de chaque côté des oreilles, euh dans les oreilles! A quand la boucle d’oreille/écouteur, je devrai lancer l’idée je pense!

 

Une vie saine c’est peut-être arriver au moins une fois par jour à ne pas être en contact avec toutes ces ondes que nous pouvons contrôler : la wifi de la maison peut être éteinte, le bluetooth de tes appareils idem. Il est préférable à mon sens de réduire ces nuisances qui créent des interactions pas franchement bénéfiques avec notre cerveau, notre corps. Voila, le vieux con a parlé;)

A la une, Alimentation