25 février 2019

Un peu de présentation

Bonjour toi,

Aujourd’hui, 25 février 2019, je me rends compte qu’après presqu’un an d’existence pour ce blog et une vingtaine d’articles écrits, je ne me suis pas présenté. Ben moi c’est Guillaume.

La plupart d’entre vous me connaissent déjà, et d’autres non.

Je vais dans cette section vous partager ma vie (d’égocentrique! non c’est pas vrai ou si peu mouahahah!!!) et surtout mes expériences que j’ai mené ou que je mène autour de l’alimentation.

Bon, à moins que tu ne l’ais pas encore compris, je suis (du verbe suivre, hein!) une alimentation cétogène à ma manière. Qu’est-ce à dire? Eh bien, vu que j’ai la chance d’être en bonne santé général, je peux me permettre de temps en temps des écarts alimentaires et je te rassure, malgrè ma bonne santé je ressens bien les effets d’un changement alimentaire et pas de la manière agréable.

 Je ne vais pas commencer par le début mais par l’expérience que je viens de vivre. Dans mon entourage, que je salue au passage, j’ai la chance d’avoir un ami qui pratique des jeûnes longs, de 15 jours à 45 jours son maximum. Et pour ne pas le nommer, Lionnel (oui oui, lui ça s’écrit avec 2 n) nous a accompagné ce week-end et jusqu’à aujourd’hui pour s’essayer  au jeûne. Je ne vais pas ici parler des autres participants ni de Lionnel et leurs ressentis qui leurs appartiennent, juste les miens (ben oui, égocentrique et pas qu’à moitiè ;)).

Donc pour moi, c’était la première fois que je faisais un jeûne. Je pratique quasi quotidiennement le fasting ou jeûne intermittent eeetttt c’est pas pareil. Pour me préparer j’avais donc déjà mes fasting en place puis la veille du jeûne j’ai mangé une soupe de légumes, quelques légumes cuits et bon je l’avoue du chocolat.

Slurrrpp!!!

     Et le lendemain j’ai commencé à jeûner avec une pêche d’enfer. J’ai fait pleins de trucs plus ou moins physiques avec une petite faim à midi et le soir aussi et dans l’après-midi quelques petits tournis (il faisait très chaud, à nouveau je le redis j’écris depuis les antilles et en février nous sommes dans la période la plus sêche de l’année et aussi chaude), rien de grave. Et le soir j’ai tenu jusqu’à 23h avant de dormir.

     Je vais pas rentrer dans les détails car chacun(e) fait ou fera si un jour tu décides de te lancer, sa propre expérience. J’ai « tenu » 3 jours avec beaucoup d’enthousiasme le 1er jour, enthousiasme qui s’est peu à peu étioler. Je n’ai pas eu d’effets vraiment indésirables d’un point de vue physique, à part la faim qui était là jusqu’à la fin, la fatigue et la tête embuée. Rien de bien méchant.

     Je pensais tenir plus longtemps pour au moins découvrir et ressentir cet effet de bien-être et d’énergie qu’apporte le jeûne quand la cétose est installée. Etant déjà en cétose, je pensais que cela me serait facile et rapide d’atteindre cet état. Euh oui, quand tu jeûnes, tu passes par plusieurs étapes et lors du 3eme ou 4eme jour ton corps puise dans tes graisses pour produire des cétones.

      Alors c’est étrange me diras-tu! Ben oui, un peu, car je suis censé être déjà  en cétose, ce que j’étais très certainement, mais quand tu manges céto, ton corps va transformer en premier lieu les graisses contenues dans ton alimentation et si cet apport ne suffit pas il va puiser dans tes stocks de graisse. Sauf que quand tu es en jeûne, il n’y a pas d’apport extèrieur, c’est donc directement ton gras qui va être manger pour produire nos si chers corps cétoniques. Et ça sa fatigue au début jusqu’à une stabilisation. EXCES DE PRETENTION, te dirais-je. Bon ben ouais, ce week-end m’a montré que j’avais un beau côté prétentieux…

     Eh oui, car en plus je m’étais dit que comme ça me serait facile, j’allais pouvoir faire plein de choses, tu parles! Nada, aucune envie d’un point de vue physique même si par moment j’avais des pics d’énergie. De plus, avec un petit peu de recul, je me suis rendu compte les deuxième et troisième jour que j’étais dans un espace d’état proche d’un lendemain de cuite, état que j’ai quitté depuis un certain temps car je ne bois plus d’alcool, drogue à laquelle j’avais un bon et fort penchant. De me retrouver dans cet état, passé pour moi, m’a agacé, couroucé, comme qui dirait!

     Ensuite, je me suis écouté, la faim était là, je vivais cela comme une privation, une frustration, alors j’ai préféré rompre pour mieux me préparer et faire une expérience différente lors d’un prochain jeûne.

     Si je résume, voici les élèments qui ont fait que j’ai interrompu :

         -prétention
-programmation de faire pleins de trucs,
-un état mental auquel je ne m’attendais pas (mais ça de toutes façons je crois qu’on ne peut pas savoir).

     Voila, tout ça pour dire que cela ne fût pas du tout un échec, en effet j’ai découvert que je suis prétentieux et ça, ça m’a souvent empêcher de réaliser des choses par manque d’une véritable préparation (pf, attends moi j’y arrive quand tu veux!!!), je vais donc pouvoir travailler dessus. Que j’aime manger et que lors d’un prochain jeûne, je prendrai vraiment le temps de me poser, de faire ce que j’ai envie dans le moment sans rien programmer, ce que je n’ai pas réussi à faire.

     Du coup, je me lance dans des fasting dits du « guerrier », avec un seul repas par jour pendant … je ne sais pas, je verrai bien. Et je vais aussi m’entraîner à diriger pour la digérer l’énergie. Je pratique et accompagne en Qi Gong, l’énergie je sais la capter, je vais maintenant la manger en plus de mon repas quotidien et je te ferai un retour sur ça.

Allez hein, bon appétit!!!

Alimentation