Blog

10 février 2019

Le Fasting

Le fasting ou en bon français, le jeûne intermittent.

     Dans la section vidéothèque tu trouveras une vidéo sur le fasting (c’est plus court à écrire), je souhaiterai revenir dessus pour rajouter une couche sur les bienfaits de cette pratique.

     Je vais débuter par ce que n’est pas le fasting : un régime. Un régime c’est quoi, c’est manger en se restreignant, c’est à dire que je réduis ma portion alimentaire, et bien souvent en optant pour certaines catégories d’aliments et en supprimant d’autres (comme tu fais d’ailleurs en cétogène sauf que tu manges à satiété). Ce n’est pas non plus une contrainte, car quand tu l’auras testé une fois tu souhaiteras réitérer cette expérience.

Alors c’est quoi?

     C’est tout simplement le fait de rester aussi longtemps que tu le souhaites en jeûne en alternant avec des phases d’alimentation. Si tu passes plusieurs jours (à partir de 48h on va dire) sans t’alimenter tu es en mode jeûne court pour trois à sept jours « d’abstinence » et jeûne long au-delà (jai arbitrairement décidé de ces périodes ;))

Qui peut faire ça?

     Quasiment tout le monde; si t’es enceinte je te le déconseille fortement ainsi que si ta santé est faible. De toute manière, si tu as un problème de santé, il est recommandé de consulter un médecin, après la balle est dans ton camp

Quels en sont les avantages?

     Il y en a beaucoup, je vais essayer de te donner tous ceux que personnellement j’ai pu observer ainsi que les personnes autour de moi qui le pratiquent.

     Tout d’abord, le plus flagrant c’est un gain de temps. Et oui, as-tu déjà calculé le nombre d’heures que cela te prend pour manger, entre faire les courses, préparer ton repas, la vaisselle, nettoyer la cuisine, ah oui, j’ai oublié : manger et puis ensuite digérer et certainement faire une sieste après le déjeûner car tu es sujet aux effets de somnolence pospandriaux. Et sans compter tous les encas qui jalonnent ta journée. En fait, tu passes ton temps autour de l’alimentation, sans même en avoir vraiment conscience.

     Le jour où tu décideras de te passer de ton petit-déj’ et peut-être même de ton déjeuner tu vas être étonné tout ce temps qui s’ouvre à toi. Tu risques même au début de te retrouvé tout penaud ne sachant quoi en faire.

     L’autre aspect intéressant quand tu pratiques le fasting très régulièrement est du point de vue économique, financier. Moins de courses à acheter = argent économisé. Tu peux aussi décider, et je te le conseille fortement, d’acheter des aliments de meilleures qualités : locaux, bios, issus d’élevages pratiquant l’agriculture conservatrice (ça sera le thème d’un prochain article) quand tu manges des fromages ou de la viande. Car n’oublie pas que c’est la qualité nutritionnelle de tes aliments qui va aussi te permettre de tenir le coup. Si tu ne manges que des aliments hyper-transformés (riches en sucres) ou des légumes ou viandes arrosés d’engrais chimiqes, de pesticides et autres saveurs allêchantes, c’est comme si tu ne mangeais pas. Tes enzimes ne vont pas pouvoir tirer grand chose de structurant là-dedans.

     Evidemment, et c’est certainement le plus important, tu laisses ton organisme se reposer. Souviens-toi avant que tu ne sois en cétogène ou si tu ne l’es pas encore observe-toi, le laps de temps que tu laisses ou laissais entre chaque prise alimentaire. Nous ne sommes pas tous pareils, certains ont naturellement un appétit d’oiseau mais pour la plupart il ne passe pas trois heures entre la dernière bouchée d’un repas et la prochaine boisson sucrée ou encas ou fruit…

     De sauter au moins au repas va donc t’apporter beaucoup d’énergie (énergie qui aurait été utilisée pour la digestion et l’assimilation), contrairement aux idées reçues. Et ces idées/croyances sont bien implantés. Mettons que tu décides de sauter le déjeuner. Ton heure habituelle de passer à table arrive, tu sens la fim qui arrive, peut-être que ton ventre gargouille, tu commences à ne penser qu’à ça et là tu te dis que si tu ne manges pas tu vas t’évanouir. FOUTAISES ET CONNERIES. A moins que tu viennes de courir un marathon tu ne risques pas grand chose.

     Tu auras sûrement une sensation de faiblesse qui disparaîtra à partir du moment où tu ne focalises pas dessus.

     Je ne vais pas rentrer dans les détails physiologiques de ce qui se passe dans ton corps quand tu laisses ton organisme se reposer, d’autres l’ont très bien fait avant moi. Je t’invite plutôt à être à l’écoute de tes sensations, qu’est que tu ressens à l’intérieur, physiquement, émotionnellement et mentalement?

     Il se peut que tu es passé une mauvaise nuit, tu as accumulé de la fatigue, de l’agacement, des soucis voire de la colère. Ces émotions emmagasinées risquent d’être plus fortes lors de tes premiers fasting, alors pense-y et ne mord pas le premier venu parce que tu crois que tu vas mourir en sautant un repas!!!

     Je te dirai bien de respirer quand tu sens la faim arrivée, tu peux essayer, je sais pertinemment que tu ne vas pas y penser ou que tu vas te dire que cela te demande trop d’effort.

Et si vraiment la faim te tiraille, eh bien mange un bout, tu réessaieras demain en mettant en place les conditions sine qua non pour réussir!

     Ah oui, un autre aspect non pas des moindres est la perte de poids, de graisse qui accompagne le fasting. Ce brûlage de graisse sera de plus important si tu fais de l’exercice physique, mais bon, commence déjà par jeûner sur un repas et plus tard, quand tu auras un peu d’expérience en fasting tu pourras ajouter le mouvement physique.

En pratique !!!

     Il y a plusieurs manières de s’y prendre.

     Déja, il est important que tu décides et que tu fixes un jour où tu vas t’y mettre pour te préparer mentalement.

     De là, à toi de choisir quel repas tu vas sauter : petit déj’, déjeuner ou dîner (quand tu fais du fasting les encas ont disparu de la circulation). Il n’y a pas de règles prédéfinies, mon expèrience m’a montré en revanche qu’à partir du moment où je prends un petit déj’, pour moi, il est plus compliqué de sauter les autres repas, je prèfère prolonger le jeûne de la nuit jusqu’au midi voire au soir (jeûne du guerrier). Encore une fois, c’est mon expérience, c’est juste que quand tu as dîner, tu vas dormir en moyenne 7h, tu auras eu plus ou moins 8/9h de jeûne « naturel ». Il est plus facile je trouve de continuer sur cette lancer. Et du point de vue naturopathie et énergétique chinoise (c’est moi qui le dit), le petit déj est loin d’être indispensable contrairement à ce que l’on nous fait croire!!!

Y a-t’il des aliments/boissons interdits pendant le fasting?

     Oui et non, t’es fachement avancé là!!!

     Oui, pour les aliments, tu manges pas, c’est tout!

     Oui et non pour les boissons.

     Celles interdites sont tous les jus, sodas, tou ce qui contient du sucre sous une forme ou une autre, pas d’adjonction de lait ni de crême (c’est sucré et gras et lance le processus de digestion).

La boisson la plus préconisée est l’eau, l’eau gazeuse aussi. Tu peux aussi boire ton thé ou café (non sucrés!). L’hydratation est importante et à ne pas négliger car pendant les phases de jeûne, ton corps élimine des toxines et les évacue grâce aux liquides de ton corps, donc pense à boire.

     Voila, si tu as des questions, que tu souhaites des précisions sur un aspect abordé, demande-moi, je répondrai avec plaisir.

Bon fasting!!!

Alimentation